Smiley face

Partagez | 
 

 And then I realize I... || ft. Ran Yoshita

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
-

avatar


Voir le profil de l'utilisateur







MessageSujet: And then I realize I... || ft. Ran Yoshita    Sam 22 Oct - 1:04


and then I realize, I...

feat Ran Yoshita


"...always was-

Le son cesse brusquement de sortir de sa bouche. La petiote lève alors le menton pour trouver que le ciel était brumeux aujourd'hui. Lillia songe, l'esprit contemplatif, elle se tient de ses deux jambes, les bras le long du corps, tranquille en ce jour. Elle avait passé toute la journée à se balader selon là où l'envie lui portait poussant la chansonnette pour une durée qu'elle serait incapable de déterminer. Elle regarde alors les nuages, omniscients sur l'habituel, coloré, bleu azur. Elle décide qu'elle n'aime pas le gris aujourd'hui.

Elle veut voir des couleurs plus chaleureuses, rondes, gourmandes, aimantes - un peu plus vieilles peut-être, protectrices.  Le bleu du ciel est vif et clair, pour elle jovial et frais. Le bleu attire l’œil, c'est un beau bleu, jeune. Cependant, il ne lui donne pas le confort qu'elle cherche. Elle veut voir une douce mélodie se dessiner dans sa tête, un instrumental guidant son âme à une valse,  la seconde où elle trouve ce qu'elle cherche. L’enfant s’empresse donc de limite sautiller alors qu’elle avance de ses pas et bras balançant.

L’allée marchande lui apporte un début de bonheur. L’atmosphère y est tranquille, calme. Le tout de couleurs peint des beiges, blancs, miel et teintes chocolat-caramel, entre autres marrons. L’allée en elle-même est vaste, et espacée. Plusieurs personnes passent, discutent autour d’elle. Lillia les entend bien, elle cligne des yeux et on voit sa figure avancer, à pas hésitants, à la recherche de l’inconnu encore. Elle inspire une fois.

Ses pas se pressent. Pas sure si elle s’empresse. C’est servir sa soif de curiosité qui la mène ici. Lillia regarde, elle passe devant plusieurs magasins, toujours à l’affut de la sensation qu’une certaine palette de couleurs lui ferait éprouver. Elle s'arrête devant le fleuriste. C'est une joyeuse balade que lui propose les visuels de la façade de la boutique. Les fleurs sont chatoyantes, les ensembles floraux sont bien arrangés. Elle attend. Elle entend des voix, voit d'un bref coup d'oeil des sourires à pleine dents. Elle ne voit plus rien devant elle. Sa voix porte d'un soupir, une poésie, des murmures. Une feinte fragance , apaisante, confise,  fine, presque en conflit avec la joie mise en avant par le visuel lui est offert. Lillia s'arrête à nouveau, au bout du cinquième mot. Ses lèvres se rejoignent.

Boulettes de pâte.

Lillia prend de l'élan, et tourne le dos à son ancienne occupation. La seconde d'après on la voit courir de partout, criant son désir de se rassasier. Elle fait ses plus belles onomatopées d'enfant.Elle harcèle un couple qui est de passage en se faisant passer pour un vieil homme dont l'âme a été emprisonnée dans son corps, et au milieu de sa performance elle trébuche et tombe le visage plat contre le sol. Elle entend qu'on la pitie, elle reste sur le sol un petit moment avant de s’asseoir sur les genoux au milieu de l'allée et des gens passant la regardant. Elle regarde le ciel à nouveau. 

Elle le fixe, longuement - plisse ses yeux dans une exceptionnelle grimace. Les nuages sont insistants elle trouve. Ils lui rappellent de la chantilly. Elle se demande si les nuages ont un gout ou une odeur. La russo-niponne se demande que donneraient des profiteroles recouverts de chocolat dans une crêpe avec une cerise. Elle se dit que les nuages ont une onctueuse fragrance, légèrement épicée, mais essentiellement sucrée, agréable.

Lillia sent une pique dans sa jambe. Lillia s'interroge. Lillia oublie. Elle a vraiment faim. Le sommeil l'atteint d'un bâillement spontané - celui qui vient du cœur comme diraient d'autres. Elle entend des rires d'un un enfant sortir d'une boutique un gigantesque ours en peluche dans les bras, accompagné de deux adultes. L'adolescente reste là assise, à les regarder passivement. Elle cligne deux fois des yeux. Ainsi, elle voit, ce qu'elle cherchait depuis un moment.

Elle reconnait d'un regard une familles d'ours et oursons alignés couleurs noisettes, les mêmes chocolat blanc et au lait. Tous avec des nœuds papillons à carreaux dont elle imagine la texture robuste au toucher avec plus ou moins d'accessoires. L'intérieur est légèrement tamisé d'un éclairage de chandeliers dont les lampes sont enfermées dans des boules blanches teintées jaunes, telles de bulles. Sa mémoire agit d'elle même, en récompense d'avoir reçu ce qui pouvait apporter ce qui satisferait la petite 'Lia. Les sens de l'Air-Head sont aux aguets et demandent beaucoup d'elle. Elle est soudainement prise de puissante douleur au tempes et attrape sa tête de ses mains pour calmer la douleur. Elle a été trop concentrée aujourd'hui, et ce n'est pas bon pour elle.

Lillia sait où elle peut trouver un endroit pour se reposer, et reprendre des forces.


 



 



Sour&Sweet
How do you think would
Reality & Dreams
ever taste like ?
©️ Joy


#CECECE
Spoiler:
 


Dernière édition par Lillia Mizutani le Sam 3 Déc - 20:09, édité 2 fois
-

avatar


Voir le profil de l'utilisateur







MessageSujet: Re: And then I realize I... || ft. Ran Yoshita    Sam 5 Nov - 19:18

image of the character
And then I realize I...
ft. Lilia
« elle est spéciale, oui, c'est bien le mot. »
Ran leva la tête vers le ciel sombre couvert de nuages, essuyant son front plein de sueur du revers de la main. Elle pouvait sentir son cœur battre contre ses tempes et sa respiration saccadée qui se calmait peu à peu. Elle ne semblait être une personne particulièrement active et pourtant c'était tout le contraire. Elle faisait du jogging et du basketball tous les jours ou presque. Il était important pour elle de se garder en forme pour pouvoir exiger tout ce qu'elle voulait de son corps et pour rester en bonne santé. Elle se baissa vers sa bouteille d'eau et prit une grande gorgée avant de se diriger vers sa chambre.

Elle cogna pour s'assurer de pouvoir entrer sans problème. Personne ne lui répondit, alors elle ouvrit la porte. Ses colocataires étaient effectivement absents, rien de surprenant à cette heure de l'après-midi. Elle espérait qu'Agnes ne s'était pas mise les pieds dans les plats. C'était fou comme elle se faisait du souci pour elle et avec raison : c'était l'Ultimate Victime. Elle aurait voulu avoir la capacité de se cloner pour pouvoir toujours garder un œil sur elle. Elle sourit tristement et se déshabilla dans le but d'aller prendre une douche rapide. Une fois sortie, elle se vêtu de vêtements propres. Elle s'était achetée un superbe ensemble récemment : un chandail blanc rayé noir, couplé à une veste bleu, à une jupe et à un chapeau melon noir. Ah, et il ne fallait pas oublier ses chaussures à talons bleus ! Elle se regarda dans le miroir, tournant sur elle-même. Direction l'allée marchande !

Ainsi, elle prit sa voiture et s'y rendit tranquillement. Puis commença son aventure. Se promenant au hasard, son regard s'arrêta sur certains items. Elle n'était pas là dans le but d'acheter quelque chose de précis (à part du pain, mais tant qu'à être là, autant jeter des coups d'œil). Elle finit par se laisser tenter par une magnifique boîte à musique. Ensuite, elle eut voir le boulanger pour s'acheter deux baguettes de pain. Finalement, elle s'immobilisa, admirative, devant le magasin de peluches. Pourquoi ne pas en ajouter à sa collection ? Elle entra, totalement radieuse, déambulant entre les rangées. Elle sera laissa attirer vers une immense... qu'est-ce que c'était ? Aucune idée, mais c'était mignon ! Niveau largeur, ce truc faisait deux fois sa taille et pour ce qui était de la hauteur, un peu plus et on aurait dit Linden avec sa petite boucle.

La brunette le prit sans réfléchir davantage et continua sa route. Ce fut à ce moment qu'elle tomba sur un visage familier. Lilia, couchée sur une peluche encore plus grosse que la sienne, roupillait. Elle ne put s'empêcher de ricaner face à cette image. Elle était vraiment craquante. Elle s'agenouilla près d'elle, déposant ses sacs et sa dernière acquisition et lui tapota gentiment l'épaule.

Lilia... Lilia-chan...

Même si Ran ne s'était jamais vraiment servie du japonais, elle aimait se servir des appellations qui venaient après les noms. Elle utilisait également de façon assez fréquente le mot « neko » et « kawaii ». Elle continua de secouer légèrement son amie, se demandant comment elle avait pu se retrouver là à dormir.
Par Cheshire Cat pour Epicode


Dernière édition par Ran Yoshita le Mar 29 Nov - 21:46, édité 1 fois
-

avatar


Voir le profil de l'utilisateur







MessageSujet: Re: And then I realize I... || ft. Ran Yoshita    Sam 26 Nov - 19:57



Siestes & Peluches
feat Ran Yoshita


Lillia utilisait une très grosse peluche en tant qu'oreiller. Son sommeil ne lui était pas particulièrement revigorant mais elle était confortable. Elle hume son désaccord alors qu'elle sent une main venir lui tenir l'épaule, gentiment. Elle fronce les sourcils, on dirait une enfant. Si elle pouvait elle aurait tiré sa couverture sur elle et se serait enroulée dedans dans l'espoir qu'on la laisse encore roupiller un peu. Têtue, elle s'attache plus fortement encore au gros nounours qu'elle enlaçait déjà et montre son désaccord de manière plus vocale:

-"もう少し...  寝たい...

C'est normal dirait-on, quand quelqu'un adresse à quelqu'un d'autre la parole dans son langage natal, c'est le même langage utilisé pour répondre. Enfin, il n'était pas surprenant que Lillia aie oubliée qu'elle était sur l'île. Et que sur cette île, tous ne parlent pas comme elle l'entend. De plus qu'elle était dans un rêve où elle dormait dans une bassine de marshmallows. Lillia est donc loin de la réalité encore une fois. Malgré tout elle ouvre les yeux presque aussi simultanément qu'une main se distance de son épaule. Sa vue est encore floue, elle émet de faibles gémissements de fatigue et frotte ses yeux.

Des yeux turquoises trouvent des bleus, clairs, bienveillants, une bouche en "o" parallèle à un simple mais puissant sourire. Elle reconnait un léger bleu pastel, de la gentillesse, de la douceur, une bonne intention, de la tranquillité.

- Waaah, Ran-chan ! (❁´▽`❁)*✲゚*

Son visage s'illumine et elle lève les bras, lâche le nounours avant de presque littéralement tomber sur Ran en la prenant dans ses bras. Leur embrassade manque de les faire trébucher toutes les deux, mais Lillia n'est pas si brusque, étrangement - comme si elle s'était légèrement retenue. Ses gloussements viennent du cœur alors qu'elle enlace Ran, dans une tournante, peut-être un peu trop enthousiaste après tout et se sépare d'elle histoire de la regarder.

- Suis contente de te voir !

Elle s’exclame en s’étirant, souriante. Il n’était pas peu surprenant de trouver Lillia dans des espaces encombrés. Elle aimait se faufiler dans ses espaces. C’était comme si ces derniers étaient faits pour elle, elle s’y sentait en sécurité, dans son coin, comme cachée aux yeux des autres. C’est ainsi qu’elle s’est glissée au côté du grand ours en peluche, car elle avait trouvé la place juste pour elle. Lillia est petite, elle trouve donc toujours des endroits où se faufiler.

- Qu’est-ce que tu fais là ? On est où déjà ? Tu vas bien ? Comment tu te portes ?

Le pire, c’est qu’elle est sincèrement confuse. Elle n’a pas l’air de se souvenir du tout. Ses yeux sont grands, ouverts. Des cils battent, curieux. Elle n’a pas le réflexe de regarder autour d’elle, même si elle le ferait là elle ne comprendrait pas ou elle est. Lillia regarde Ran d'un petit sourire.





Sour&Sweet
How do you think would
Reality & Dreams
ever taste like ?
©️ Joy


#CECECE
Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
-










MessageSujet: Re: And then I realize I... || ft. Ran Yoshita    

 
And then I realize I... || ft. Ran Yoshita
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» REALIZE ⊱ forum rpg
» Ethan Stymest ♠ We stop looking for monsters under our bed when we realize that they are inside of us.
» We all have two lives, the second begins when we realize we only have one. ▶︎ Karan
» We all have two lives, the second begins when we realize we only have one
» The way to love anything is to realize that it might be lost [ Malia ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Closed In  :: Dans le Campus
 :: La ville :: Allée marchande :: Le Pelucheux
-
Sauter vers: