Smiley face

Partagez | 
 

 Guess who's back! [Pv Hillary ▬ Piaule 102]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
-

avatar


Voir le profil de l'utilisateur







MessageSujet: Guess who's back! [Pv Hillary ▬ Piaule 102]   Ven 30 Sep - 10:08




Guess who's back!

♫ Feel something's missing! ♫



Clive s'était bien trippé pour la journée! Bon c'est pas encore terminé, il n'est que 18h, mais en s'levant vers 11h comme une fleur, ou devrais-je dire comme un gros sac qui s'est chopé une gueule de bois, c'est pas si mal! Le compteur de connerie indique que le chewing-gum dans la serrure carte des portes empêche les utilisateurs d'avoir accès à leur piaule. Il a également été relevé que l'eau des toilettes du premier étage est assez froide pour arracher quelques plaisants éclats de voix lorsque les bombardements de bombes à eau sont au rendez-vous. Également au rendez-vous et après une séance matage des plus intensive en bien toute innocence (oui il s'agissait uniquement pour le brun de faire ses marques et de repérer un peu les têtes qui se trouvent dans cet endroit... Bon ok, il a surtout reluqué toutes les jolies paires de fesses et de boobs qui passaient devant ses rétines, mais ça ne veut pas dire qu'il ne sera pas capable de reconnaitre une fille si ses atouts ont été dévoilés). En y r'pensant, y'avait une nana aux cheveux roses et aux yeux bleus qui devaient avoir mal au dos pasque, *sifflement* mazette, elle avait c'qui fallait, où y fallait.  

Voilà en tout cas un souvenir qui ne risquait pas de s'envoler! Toujours son éternel sourire enfantin aux lèvres, Clive se dirige vers sa piaule, avec l'intention de prendre une bonne douche. Le bip du lecteur de badge s'annonce, ouvrant la porte. Le jeune homme passe le pas et va s'étendre sur son plumard. Cinq minutes s'écoulent. Cinq minutes pendant lesquelles il croise ses mains sous sa tête, cinq minutes pendant lesquelles il a les yeux clos et laisse son esprit vagabonder. Ses iris finissent par s'éveiller à la lumière. Il se redresse, commence tranquillement à se désaper puis va récupérer le nécessaire, à savoir serviette, shampoing, gel douche, dentifrice, brosse à dent. Arrivé dans la salle de bain, c'est l'hésitation. La baignoire? Ou pas? Après réflexion, la journée ne fut pas encore assez éprouvante pour justifier un bain. Activant les robinets et laissant l'eau s'opérer à la bonne température, le brun entre dans le carré. Un soupir d'aise se laisse entendre tandis que l'eau s'écoule sur son visage, son buste, ses jambes et termine sa course sur le sol blanc avant de se faire happer. Le garçon attrape les divers produits qu'il avait acquis afin de se faire mousser la tignasse et le reste du corps.

Une fois que la neige artificielle a fondu sur lui, il coupe l'arrivée d'eau, passe ses mains sur son visage, puis chope sa serviette pour se sécher, prenant bien soin de s'ébouriffer les tiffs afin de paraitre un minimum coiffé. C'est une fois devant le miroir que son faciès se mue d'une tout autre teinte. La panique s'immisce tandis qu'il porte la main à son cou. Son coeur se met à battre avec véhémence. Un coup de stress avant qu'il ne retourne et cherche dans la salle de bain, la présence de son collier. La plume n'apparait pas, ni dans ses affaires, ni ailleurs. Elle semble s'être envolée. Clive a une sensation bizarre qui lui étreint la gorge. Un sentiment semblable à la peur. En trombe il sort de la salle d'eau, n'ayant sur lui que sa serviette, cachant à la vue du monde ses bijoux de famille, mais laissant le reste bien apparent. A peine a-t-il fait un pas hors du carrelage, au moment même ou la plante de ses pieds effleurent la moquette, ses prunelles d'onyx se calquent sur deux saphirs tout aussi étonnés.


Jor ça mais sans le futal =D:
 

Clive ▬: " ... Toi!? "

Réflexe. Ni plus ni moins qu'un réflexe avant que Clive n'éclate de rire en voyant la demoiselle devant lui. Oui, il aurait clairement pu s'excuser, paraitre gêné ou autre. Naaaa! Clive est clairement du genre sans pression, à s'en foutre totalement. Qui plus est, cette situation est des plus adéquate! C'est comme si le brun l'avait déjà vécu, mais d'une façon légèrement différente. Il jette un regard rapide à son abdomen qui semble attiré l'attention de la Miss.
Clive ▬: " Hey, bave pas trop Misstinguette, tu vas salir tes draps ahah! "

Balance Clive en délirant comme un abruti, manquant de lâcher sa serviette. C'est vrai que la situation est des plus strange. Il ne s'attendait pas à voir une gonzesse débarquer dans sa piaule, pasqu'après tout, bah lui il est équipé dans l'caleçon quoi! Ayant totalement zappé sa précédente occupation, le brun incline la tête et interroge l'inconnue.



Clive ▬: " Well... Tu t's'rai pas gouré d'chambre? "



Clive Eden Evans





Hillary R. Ronwhick




©Natu de Cocktail-Graph'

-

avatar

Staffeuse

Voir le profil de l'utilisateur







MessageSujet: Re: Guess who's back! [Pv Hillary ▬ Piaule 102]   Dim 2 Oct - 16:36


Ruth était une enfant qui aimait perturber.
Qui adorait tout prévoir à l'avance, organiser chaque chose, chaque rencontre. Par la même occasion, la voleuse appréciait, en certains points, la surprise, la découverte. Celle d'une émotion nouvelle, celle d'un personnage amusant, hilarant.
En effet, l'enfant aimait jouer.

Elle détaillait la valeur de son nouveau souvenir volé, souriant. Dans son immense repère perdu sur l'île, caché aux yeux de tous. Ses trésors, ses nouveaux souvenirs, les larmes arrachés, les sentiments d'autrui. Que de magnificence qu'elle observait, de tout ces multiples choses parfaitement rangées, brillant, permettant à la pièce de refléter dans un véritable havre de paix. Paix qu'elle s'était créé par le malheur des autres, et qui n'en était que plus jouissif. Tout y était par ses simples pulsions, ses simples envies d'emprunter, à jamais, un objet. Sa nouvelle victime n'était autre qu'un simple plaisir qu'elle s'autorisait.
Que dire, elle s'autorisait tout les plaisirs.

Elle savait, Ruth. Que ce petit allait être dans sa chambre, ce qui ne la déplaisait pas. Un homme pour  lui accorder de l'importance, pour la détailler chaque jours, chaque minute, l'observer à s'en crever les yeux. Un homme, ou un jeune homme pour l'amuser. Et dieu sait que l'enfant aimait s'amuser.
Alors, la soirée s'annonçant, elle retournait à sa chambre, sautillait dans les couloirs, sourire aux lèvres. Elle avait déjà visité le campus, se renseignait sur les personnes aux alentours. Autrefois, c'était Less qui lui apportait toutes les informations sur un plateau. Mais son amie n'était plus là.
Et Ruth l'avait laissé dans un appartement en flammes, elle n'allait pas revenir de sitôt.

Son futur interlocuteur serait surpris, sûrement. Elle le perturberait, peut-être ? Quel plaisir, réellement. La demoiselle actionnait alors la poignée, ouvrant la porte.
Elle n'eut de temps de pousser un éternel « j'suis laaaaaa ♥ » par sa voix des plus agacantes, qu'il s'exclamait. Ironie par la répétition de ses paroles, avant qu'elle n'éclate de rire à son tour. Quitte à se plier en deux, le laissant parler, ironiser. L'enfant écoutait se personnage se prononçant, l'enfant s'hilarait de l'inconnu.
Enfin, presque inconnu.

- Moiiiii !


L'éclat de rire s'évanouissait, sans que la bonne humeur de Ruth ne s'enfuient brusquement. Un sourire s'étirait, comme à l'habitude. Celui d'une petite diablesse, d'un certain amusement quand à la prédiction de sa surprise. Que l'on pouvait définir par cette même voix, si fluette, à la limite de la naïveté. N'importe quel être muni d'intelligence, par ailleurs, se douterait qu'elle ne jouait qu'un simple rôle, avant que l'instabilité ne revienne brusquement.
Haussement d'épaule.

- C'est triiste d'me faire baver comme ça. En coloc faut prévenir de base tu sais, quand tu t'exhibitionnes.


Pause. Certes, la demoiselle faisait exactement pareil chez elle. Elle le laissait réagir, elle le laissait faire une nouvelle blague, rétorquer, ou que sais-je. Par la même occasion, en excellente fétichiste des abdominaux qu'elle était, elle prenait plaisir à le détailler, cherchant la moindre parcelle de muscle chez le garçon. « Mmmmh. Y'avait mieux, mais y'avait pire. », d'après son simple jugement.
Décevante.
Avant qu'elle ne balaie le tout d'une main, lançant une nouvelle attaque, des plus gentilés.

- IMAGINES que j'étais l'ultime vierge apeurée par un mec. Je serai terrfiééééée. T'avais une araignée dans ta douche et t'es sortit rapidement parce que t'as eut peur c'ça ? Tu peux me le dire, faudrait que j'sache si t'as peur des insectes, ou noon.


Elle s'évadait, jouait à l'idiote, reprenait le comportement de la gamine princière qu'elle était. L'ironie se percevait dans une douce et innocente provocation, une prévention du personnage qu'elle était. Par le simple sous-entendus qu'elle savait qu'ils seraient colocataires, et par le ton naturel et brusque qu'elle prenait.

- Mais vu que je te ferai baver beaucoup aussi, on s'ra quitte !

Clin d’œil, étirement de lèvre n'en était que plus agrandit. Que de sens par ses phrases, d'idées que l'autre ne saurait percevoir. Un pas se fit en sa direction. Deux. Trois. Elle s'approchait de lui, par ses grands talons, s'autorisant à le fixer de nouveau. À le priver d'espace vital une nouvelle fois, le toisant. Démontrant une nouvelle fois ses courbes presque parfaites par le simple fait de se pencher, par sa simple vulgarité. Il fallait dire qu'elle s'autorisait tout, Hillary.
Beaucoup trop de choses, à vrai dire.
Cruauté s'éveillant, le diabolisme de son simple sourire l'émerveillant. Par un simple ricanement, elle relevait la tête.
Le fixant de ses orbes, par son amusement.

- Les noms sont marqués sur l'encadrement les portes krrkrr. T'peux donc savoir qui t'auras la chance de cotoyer. Moi, j'suis....


Pause. Nouveau ricanement, nouveau sourire. Elle fit signe d'hésiter quelques secondes par l’identité qu'elle allait lui offrir d'elle, avant de se raviser. Commençons par les formalités.

- Ruth ! Juste Ruth. Yooop, Cliiive !


Qu'elle était laide quand elle souriait de cette manière, Hillary.
Si laide.
Elle n'était qu'un ensemble si vulgaire, après tout.
RUTHLESS.
( © wyatt )


Hillary crache en #00bfff. ♥
-

avatar


Voir le profil de l'utilisateur







MessageSujet: Re: Guess who's back! [Pv Hillary ▬ Piaule 102]   Dim 2 Oct - 23:55




Guess who's back!

♫ Feel something's missing! ♫



Deux mômes qui se reluquent comme des idiots, voilà le genre d'image que Clive garde en mémoire. C'est clair que la surprise est de taille pour le jeune homme qui, à peine sorti de sa détente se retrouve nez à nez avec une demoiselle qui se prend autant la tête que lui au vue de la situation. Appréciable à souhait pour l'adolescent qui ne cesse de sourire. Faut bien avouer que les réponses de son interlocutrice le font bien marrer. Au moins, avoir une coloc' du tonnerre comme la demoiselle a l'air d'être ne va clairement pas nuire à son mental, mais bien au contraire, alimenter son niveau de sérénité quant à sa façon d'être. Remontant légèrement sa serviette et lui faisant un grand salut de la main, Clive se dirige vers son armoire où ses affaires sont stocker et s'empare d'un calbar, d'une paire de chaussette, un futal de couleur noire, un T-shirt blanc qui lui colle légèrement au corps ainsi qu'un gilet à carreau avec une capuche.

Avant même de retourner à la salle de bain, au moins pour ne pas choquer la Miss, il laisse échapper un léger éclat de rire suite à sa réflexion. Lui exhibitionniste? Naaa! Si peu. C'est juste qu'il s'en contrefous totalement. Après tout, pour le garçon, tout l'monde est calqué sur le même modèle, à peu de choses près of course. D'un vif coup d'oeil par dessus son épaule, laissant apparaitre un sourire amusé, Clive renchérit.


Clive ▬: " Tout d'suite les grands mots! T'inquiètes, la prochaine fois, j'mettrai un caleçon sur la porte histoire de prévenir que chuis carrément à pwal ahah! "

Clive se cale derrière la porte, laisse tomber la serviette et commence à se saper tout en écoutant avec attention les paroles de la pseudo-inconnue dont le raisonnement le fait ricaner. Toujours derrière le bois, enfilant son pantalon, il lui lâche une connerie bien salace que Dame Bêtise adore plus que tout raconter.


Clive ▬: " Y'avait bien un groooos serpent, mais tu crains rien, j'l'ai dompté ahah! "

Vantard! Le rire enfantin résonne, se répercute sur le carrelage puis d'une voix légèrement, très légèrement je précise, plus sérieuse, le jeune homme reprends après être sorti de sa cachette, ayant pour le moment, enfilé à moitié son T-shirt. Provocation?


Clive ▬: " Na t'inquiètes, y'a rien du tout, la douche est clean. "

Clive la gratifie d'un clin d'oeil taquin, puis balance sa veste sur son lit, reportant son attention sur la pipelette qui se met en avant et ne le laisse pas en reste. Ses prunelles d'onyx rivées sur le faciès enjoué et les expressions qui y roulent comme des perles de malice lui arrache un énième sourire. * Away? Tu comptes me faire baver Misstinguette? J'me d'mande bien si t'es l'genre de fille qui n'fait que parler ou bien...* pense le brun avant de soupirer intérieurement. C'est clair que si elle continue à lui en mettre plein la vue, il risque fortement de souiller le décolleté. Ce s'rait bien dommage, et quand bien même Clive reste un mec, ayant trop d'amour pour les courbes féminines, garder son sang-froid dans ce style de situation est un sacré challenge! Toutefois, n'ayant pas encore atteint une maturité des plus poussée, son côté espiègle et sa fierté se pointent sans prévenir.


Clive ▬: " C'est un défi Miss? "

A son tour, Clive lui glisse son interrogation dans un murmure, profitant de leur proximité et lui octroie un clin d'oeil provocateur! Ni plus ni moins qu'une question. A voir si Rosie compte bien lui faire un show à lui filer une trique d'enfer ou si elle est effectivement l'Ultime Vierge effarouchée! L'adolescent la laisse réfléchir un tant soit peu. Si effectivement elle lui propose un défi, il sera le premier à le relever. Mais passons! Les formalités d'usages viennent se mêler à la conversation. Clive pose deux doigts sur sa tempe et d'un mouvement, il les décales. Un style de salut qui lui est propre.


Clive ▬: " Nice to meet ya Ruth! "

Clive l'observe un court instant. Elle est mignonne quand elle sourit. Et Ruth, faut bien avouer que c'est pas commun comme prénom. C'est la première fois qu'il l'entend d'ailleurs. Portant la main à son cou, il se remémore les évènements précédents et la sérénité s'efface. C'est vrai, il lui manque quelque chose. Cette fois-ci, le soupir qu'il lâche est audible. Fouillant son sac, ne trouvant pas l'objet qui l'obsède, il s'arnache des bretelles, chope son casque, son téléphone, redirige son attention vers Ruth et lui explique vite fait la situation.


Clive ▬: " So, désolé d'me tirer comme un voleur! Mais j'ai perdu un truc super important alors j'vais d'voir aller l'chercher. Mais quand j'reviens s'tu veux, on s'taille le bout d'gras, promis! "

Ne laissant transparaitre son anxiété, Clive se dirige vers la porte, l'ouvre, pose la main sur le battant et se retourne, juste pour le plaisir de la voir.




Clive Eden Evans





Hillary R. Ronwhick




©Natu de Cocktail-Graph'

-

avatar

Staffeuse

Voir le profil de l'utilisateur







MessageSujet: Re: Guess who's back! [Pv Hillary ▬ Piaule 102]   Ven 21 Oct - 16:54



Il fallait avouer que les actes de Ruth étaient rarement organisés,ou prémédités. Cette personne étant un curieux mélange d'extrême, son impulsivité au vol s'alliait parfaitement avec l'organisation véritable qu'était le crime en lui-même. Hillary était une véritable prodige, il ne fallait l'oublier. Prodige de son domaine, telle une danseuse exécutant un saut compliqué sans mal, s'élançant sur scène avec une originalité sans pareille, sans personne l'égalant. Mais, ce que l'enfant aimait par-dessus tout, c'était l'acclamation du public une fois sa danse terminée. Ce public, son public qui ne faisait que la haïr, se souvenir d'elle à jamais.
L'auteur d'un vol reste gravé dans son cœur, alors que celui-ci ne se souvient que de l'objet qu'il emporte. C'est une forme de puissance, n'est-ce pas ?

Et, comme tout voleur parfait, il s'avéra que Ruth possédait des traits qui lui sont propres, inhumains par leurs originalité.
Hideuse. Si laide, si haineuse par sa joie curieuse. La demoiselle ne pouvait voir, les pouvait approuver les choses gentilles. Simples choses parce qu'elles ne représentent rien, qu'elles ne servent rien, qu'elles n'apportent rien. Pourquoi s'ennuyer dans la paix quand l'on peut s'amuser dans une douce décadence ? Ruth, elle aimait la destruction, le danger, l'adrénaline, ces plaisirs de la vie qui la faisaient vibrer, exister. Elle ne pouvait se passer de piques cruelles, d'insultes naturelles, les gestes affreux et torrents de malheurs qu'elle-même ne ressentait plus depuis bien longtemps. Elle s'abreuvait du négatif, du moins, et jettait par dessus bords les paroles d'amour, d'adoration pur.
L'amour n'était qu'une addiction malsaine pour sa personne.
C'est pourquoi, Hillary aime tout le monde.

L'enfant reluquait son similaire quelques instants. Une ressemblance, tout en étant un certain opposé. L'attitude qu'ils adoptaient parfois créait un miroir, aussi trompeur soit-il. Par ces airs, par cet entrain et cette joie enfantine, les deux personnes les distinguaient des autres jeunes adultes. Par ailleurs, sont-ils réellement des adultes, ou correspondent à la définition que l'on se fait d'eux ? Nullement. Mais, Hillary ne put que se questionner derrière son sourire permanent. Ce garçon, était-il ce qu'il diffusait ? Connaissait-il l'amusement, les bêtises, les comportements de garnements ?  Ou n'était-ce qu'une simple impression ? Haussement d'épaules intérieur. Elle se fichait cordialement de ce qu'il était réellement, finalement. La petite préférait voir ce qu'elle souhaitait chez autrui, quitte à leurs redessiner une personnalité. Un égoïsme lui étant propre, après tout. L'esprit vide, elle laissait l'homme vaquer à ses occupations, avant d'entendre une pique qui l'amusa par dessus tout. Un rire pur, presque mélodieux résonna dans la pièce, dont l'innocent étonnerait si l'on connaissait la demoiselle. Un réel rire d'enfant; si surprenant.

- Accrocher un slip sur la porte ! J'adooore, ce sera un signal ! Si j'rentre quand même, c'est que je materai un coup pour me laver les yeux des moches autour. J'aime j'aime j'aiiime.


Diabolique étirement de lèvres que le petit garçon n'aperçoit pas encore. Elle ricane alors par sa blague salace, si fort que cela parut exagéré. Que voulez-vous. Quitte à ce qu'on la remarque, autant le faire correctement. Il aimait taquiner; elle adorait renchérir. Il portait, comme tant d'autres, le don particulier de l'amuser.
Une pique s'élance alors d'une voix faussement innocente, comme si l'ultime vierge se prononçait.

- Un serpent bien dressé ? Je pourrai le caresser pour l'remercier de sa docilité heiiiin ? Un jour, un jouuur.


Les rires s'affrontent et se confondent, donnant une mélodie merveilleusement attirante, merveilleusement féerique. Est-ce là un curieux contraste par les personnages ? Il faut croire, les deux diablotins se fondant par un masque angélique. Deux enfants, deux parfaits idiots, l'un débordant d'innocence, l'autre étant, simplement, affreusement bruyante. Bavarde, vulgaire, connaissant et maitrisant ses charmes du bout des doigts. Hochant la tête par le désintéressant le l'autre réponse qu'il eut prononcé, alors que l'autre prit une courte pause pour la juger. Si elle ne faisait que parler ? Bien évidemment. Elle n'hésiterait nullement, lâcherait un joyeux « oui ! » comme si elle parlait du beau temps dehors. Ruth parle toujours, Ruth parle trop, Ruth ne dit que des choses que pourrait ne jamais faire. Elle ne prouve aucune de ses paroles. Mais il ne faut ignorer qu'elle serait capable de toutes les exploiter, par intérêt purement personnel.
Hilarant.

Défi ? Rire mesquin par son murmure, alors qu'elle le fixa de ses orbes sans gêne. Qu'il était drôle, qu'il l'intéressait. Elle prit une courte pause, respirait calmement. Avant de lancer par une voix faussement innocente, par son impulsivité et son bonheur marquant son visage, une réponse des plus logiques.

- Oh ouiiiii, un défi ! Tiens le plus longtemps possible en ma compagnie, sans faiblir, et amuses moi ! J'essayerai de pas trop être chiante de mon coté, promiiis.


Faiblir, mais pour quelles raisons ? Tout deux l'ignoraient, ou Clive découvrirait la véritable faiblesse, celle de ne pas l'étriper, plus tard. Mais, pitié, pour l'amour d'une voleuse, faites qu'il apprenne ses stratagèmes au plus vite.
Ruth souhaitait apercevoir sa colère, sa haine, sa peur ou sa panique le plus tôt possible. Afin qu'un petit jeu commence. Et, pour le bon commencement de celui-ci, elle se contentait de sourire, de ses belles dents blanches, devant ce salut des plus familiers.

Puis, enfin, le soupir.

Une décomposition de chaque muscle de son visage, de ses épaules devenant tombantes, de cette respiration se saccadant. Elle reconnaît le poids d'un objet perdu, elle observait avec malice les gestes que provoquait ce souvenir disparut. Qu'il était adorable sous ces traits, qu'elle se délectait de ses expressions que peu apercevaient. Elle l'observait s'enfuir précipitamment à la chasse de l'objet volé, attrapant toutes ses affaires, avant de lui énoncer la situation.
Qu'elle connaissait déjà, par ailleurs. Mais, cela, ce n'était qu'un petit secret.

Explication, qui, par son début, lui arrachait un rire malgré elle. Cette phrase définissant sa profession, elle l'adorait. Surtout quand on l'utilisait.
Et, quand on usait de cette expression, elle se devait par un soudain honneur de la justifier.

- T'inquièèèète, un voleur se serait barré bien plus vite que ça !


Parfaitement assurée dans ses propos. Elle le savait bien que personne : elle était le symbole moderne du vol, de la fuite immédiate et brusque, laissant sa touche personnelle à chacun de ses crimes. Qu'elle montrerait à Cliver, si l'envie lui prenait. S'il connaissait, s'il soupçonnait un instant ce qu'elle était capable de faire, de simplement le manipuler tel une poupée à qui elle arracherait une jambe sous un rire innocent, mais horriblement agaçant.
Elle était là, la différence entre ces deux êtres. L'un était un véritable enfant, alors que l'autre n'était qu'un leurre.
Il fallait se l'avouer, Hillary était sincèrement cruelle. Était-ce le cas de Cliver ? Cela serait étonnant, et navrant pour l'espèce humaine.

Alors, de ce fait, l'amusée s'approchait rapidement du jeune homme, sourire aux lèvres. Ses talons noirs martelant une nouvelle fois le sol avec une curieuse régularité, alors que celui-ci poussait des hurlements pleinement audibles. Tout être apercevrait ce sourire inspiré du diable, comme s'il dénonçait qu'elle sortait des Enfers, impatiente de pourrir la terre qu'elle frapperait. Elle ne fit que ricaner sournoisement, ses prunelles n'ayant rien d'emphatique. Et pourtant, parfaitement menteuse, parfaitement hypocrite, elle l'interrogeait.
Prenant bien soin de montrer que ses émotions ne concordaient nullement avec l'inquiétude que sa voix semblait porter.

- Ooooh, t'as perdu un truc ? La meeerde.
Pause. Elle mit la main sur la poignée, avant d'ouvrir, sans délicatesse, la porte de l'appartement. S'il est vraiment important pour toi, c't'objet... J'veux bien t'aider à le c hercher, j'ai rien à faire !

Son ton devenait des plus enjoués. Elle s'excitait, se penchait et le reluquait, ses yeux pétillants. À la recherche d'un trésor qu'elle a cachée.  Elle montrait une joie trop grande, bien trop grande face à l'anxiété de son colocataire.

- Aloooors, t'es allé où aujourd'hui ? Quand tu perds un truc, faut toujours chercher l'origine de tes mouvements non ? J'sais pas, j'perd rarement un truc, moi.


Elle ne perdait jamais ses objets mais en volait d'autres, prenait plaisir à porter cette fausse attention envers le garçon. Elle ne savait que mentir à ce sujet. Que dire, en réalité, elle ne pensait qu'à elle, Ruth.


Nouvelle pause.
Elle s'illuminait une nouvelle fois, examinant et parcourant une nouvelle fois le garçon du regard. N'est-elle pas une magnifique enfant, au timbre de voix si clair, si insupportable par ses questions non réfléchies ?

- Oh, j'y pense ! J'pense pas que tu l'caches, mais... C'quoi, ton Ultime ?

Ne mâches pas trop tes mots, Hillary.
1420 mots - RUTHLESS.
( © wyatt )


Hillary crache en #00bfff. ♥
Contenu sponsorisé
-










MessageSujet: Re: Guess who's back! [Pv Hillary ▬ Piaule 102]   

 
Guess who's back! [Pv Hillary ▬ Piaule 102]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guess who's back ?
» Guess who's back?
» GUESS WHO'S BACK MOFOS!!!!
» KATHLEEN ► guess who's back?
» Guess who's back... ft. Arianne Martell & Oberyn Martell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Closed In  :: Dans le Campus
 :: Résidence universitaire :: Chambres
-
Sauter vers: