Smiley face

Partagez | 
 

 TEST #208.3.1B - "SLASHERS IN THE DARK" •• Hillary R. Ronwhick (-18)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
-

avatar

Invité








MessageSujet: TEST #208.3.1B - "SLASHERS IN THE DARK" •• Hillary R. Ronwhick (-18)   Ven 30 Sep - 6:44






« KiShin ». C'est l'identité qui lui avait été attribuée par ces pauvres créatures bien trop apeurées du grand méchant chat. Il ouvrit doucement les yeux, ayant quelque peu perdu le sens du temps. Il était bien tard ; et pourtant ses mirettes claires comme les ciels les plus illuminés, brillaient dans la pénombre. Enfin... «quelle pénombre ? » serait sûrement la question à se poser, dans l'immédiat. Aucune lumière où que ce soit, si ce ne sont celles du ciel étoilé. Ces points blancs dans le ciel, majestueux et brillants, toisant ce qui se trouve au dessus d'eux, comme si elles étaient libre. La simple notion de « Liberté » fit s'étendre un sourire sur la frimousse du Kishin, ou autrement appelé « Démon de folie ». Daiki Godspell, « Asura », « Schrödinger », « Alcor »... Il avait probablement maintenant plus de noms qu'il n'existe d'étoiles. Toutes ces fois où il a rencontré le même destin, suivant les mêmes deux points majeurs, A à Z, Alpha à Omega, de zéro à infini... Mais cette fois le destin avait voulu que début et fin se trouvent dans la même enveloppe, aussi stupide cette histoire tissée par la créatrice se voulait être. Willow avait toujours l'impression d'être une personne complètement différente lorsqu'il incarnait ce personnage... comme si sa conscience semblait doucement, lentement se faire dévorer. Des expériences étranges, il en avait bien connu plus d'une ; mais rien n'était comparable à cette sensation d'être « envahis » à l'intérieur. Aucune blague salace n'est impliquée dans la dernière phrase. Elle ne pouvait en fait pas être plus explicite que ça : Il se sentait toujours « possédé ». Détestant et adorant ce rôle à chaque fois, incarnant la définition de l'insanité et du désordre. Il se redressa lentement, dos courbé en avant et yeux plissés.

- ….

Depuis combien de temps il dormait, il n'en avait pas la moindre idée. Lorsque ses yeux s'étaient fermés, l'astre le plus brillant était encore en vue, voyeur qui observait au dessus du mur que la mer formait, l'horizon. Au final, la sieste n'avait peut-être pas été aussi longue qu'il le pensait. Il aurait bien plongé la main dans sa poche et pris son EVEPhone, mais l'envie ne lui prenait pas réellement. Il avait besoin de penser un moment. Le plan à adopter, la manière de s'y préparer... S'il pouvait réfléchir posément à un moment ou un autre, ce ne pouvait être que sous les traits du mastermind de la ville de la mort. Posant sa main contre son menton, il semblait quelque peu plongé dans son sommeil, et pourtant son cerveau était déjà en train de procéder autant d'informations qu'il le pouvait. Il commença alors à évoquer quelques sujets à voix basse. Elle était tellement peu audible, en réalité, qu'on voyait à peine ses lèvres remuer. Une voix qu'on pourrait penser appartenir à une femme au milieu de sa vingtaine, sensuelle dans son ton, et très mature, contrairement aux voix habituelles de l'Ultimate Doppelgänger.

- ça ne semble mener nulle part jusqu'à présent. E.V.E est un mur que je vais avoir du mal à pénétrer comme ça... les recherches pour trouver l'Informateur Ultime ne vont nulle-part non-plus. Ils se sont probablement déjà occupés de faire taire tout ceux qui peuvent mener au cinglé derrière l'IA.
- ….Tu te rend compte que je t'entends, hein ? Tranny.
- Huhu. Je n'ai malheureusement pas de temps à t'accorder. Les tests sont terminés pour aujourd'hui, et voilà une semaine que je n'ai pas été convoqué à un seul d'entre eux. Je suppose qu'il n'y a pas de développement social à faire pour l'instant.

Daiki se laissa tomber en arrière, ses longs et bordéliques cheveux qui – aujourd'hui – étaient teints de blond et de châtain foncé, s'étalèrent dans l'herbe. Les « Tests », c'était exactement la raison pour laquelle toutes les lumières derrière lui étaient éteintes. Ces occasions arrivent, parfois ; que des Ultimates qui n'ont rien à voir avec un test, se retrouvent mêlés à celui-ci à cause de la malchance. Cependant... ça ne le concernait pas. Cette étude là consistait à plonger des personnes dans une nuit noire pendant plusieurs heures, les empêchant de quitter le périmètre où le courant avait été coupé. Seuls les EVEPhones pouvaient fonctionner, mais ils n'avaient pas une autre fonction que la « lampe torche ». Donc au final, ce Test n'était qu'une Bêta, et n'avait probablement pas tant d'importance que ça. Des gens plongés dans le noir ? Bien évidemment que ces sauvages allaient en profiter. Retirer des vêtements, casser des os, se cacher de tous..

Il soupira, plongeant plus profondément dans son équation. Il n'avait pas réellement pris le temps d'évaluer ses choix, la dernière fois. Trouver un moyen de quitter l'île, par exemple, était un problème qu'il n'avait pas considéré. Il aurait pu passer un peu de son temps à chercher une faille, quelque part.. cependant il n'en avait pas l'intention. Son but pour être ici était tout autre, et c'est en levant sa main vers la lune que l'androgyne cosplayé parla à lui même une nouvelle fois.

- Je n'ai rien à voir avec ce Test là ; Cependant, trouver des personnes effrayées comme ça, et les ramener vers « ma » lumière.. j'aurais probablement plus d'alliés. Hinamorie n'est pas suffisante. Elle est un peu stupide, facilement manipulable, mais pas suffisante. Des gens pourraient faire n'importe quoi rien que pour la voir leur décrocher un quart-de-sourire. Il m'en faut plus... quelqu'un ici doit savoir quelque chose. Je ne peux évidemment pas compter sur U-Paleonthologist, ni U-OddJobs. En clair....

Il pris un peu d'air dans sa poitrine et expira ; avant de se redresser à nouveau, posant sa main dans l'herbe et se relevant pour faire face à l'astre lunaire, au bord de cette colline. Une douce brise fraîche de fin d'été était en train de faire danser ses longs cheveux attachés en couettes ; créant des torsions dans les plis de ses vêtements ; la grande balle d'argent se reflétant droit dans ses mirettes cyan, comme un miroir.

- Le jeu reprend.

---


Paniquée, blessée ; une jeune femme couverte de sang se mettait à courir aussi loin que possible de son agresseur. Souffle court, crasse étalée partout sur ses vêtements ; elle était écorchée partout où on pouvait poser le regard ; tailladée, fatiguée et alertée par tout ce qui entrait dans son champ de vision, plus que tout. Dans ce building de business, privé de son courant, elle savait qu'elle n'avait plus beaucoup de temps avant que s'enclenche son rendez-vous avec son créateur. Elle pleurait, les gouttes salées obstruant sa vision, elle trébucha sur un pied de chaise, et se ramassa la face par terre. Son premier réflexe fut le plus primitif de tous : crier. Ce n'était peut-être pas la meilleure des idées, quand on sait que les gens ont tendance à vous repérer quand vous vous mettez à crier à plein poumons (non , sans déconner, faites ça à cinq heure du matin dans votre quartier, aussi fort que vous pouvez. Effet garanti).

- S—S'il vous plait !! on est pas obligés d'en arr—d'en arriver là !! Espèce de m---DE MALADE !!

Un son de bureau se faisant retourner avec une force herculéenne, et voilà que Mr.Slasher était face à la demoiselle. Évidemment que cette Beta n'allait pas être sans son moment fucked-up. L'homme de grande taille et de grosse stature tenait dans sa main droite une hache de pompier, tandis que dans la seconde se trouvait un couteau à pain rouillé. Les rayons de la lune qui filtraient à travers les vitres de l'immeuble, illuminèrent quelque peu son accoutrement ridicule. Masque de crâne enveloppant toute sa tête ; portant une salopette en jean et un T-shirt déchiré. Il semblait lui aussi avoir subit quelques problèmes... et cette bombe à son torse en était probablement la raison. Le compteur descendait et descendait de secondes en secondes... Il n'avait pas le choix. Il devait privilégier sa propre survie plutôt que celle de sa victime. Un choc électrique traversant son corps, et le voilà obligé de réagir à ses instincts, abattant son arme en direction de la jeune femme qui se mis à hurler aussi fort qu'elle le pouvait. Un destin tragique l'attendait. Cependant...


Un objet heurta le masque du tueur. Un simple et léger objet qui captiva son attention l'espace d'un instant, bousillant la trajectoire de son arme de bûcheron ; qui s'écrasa lourdement dans le sol. Un hurlement se fit malgré tout entendre, car au lieu de séparer en deux la face de la demoiselle, c'était son bras droit qui se retrouvait maintenant être une pièce à part de son corps. Elle hurla et pleura, prête à perdre conscience. En réalité, dire que le bras était « parti » n'était pas une bonne description, mais il était loin d'être « attaché » aussi... dans tout les cas, le tueur sembla détourner son attention de sa victime ; Ses yeux exorbités brillant à travers son masque, alors qu'une nouvelle silhouette se profilait dans son champ de vision. Assise sur un bureau se trouvait une ravissante jeune femme vêtue d'une veste bordeaux à rayures blanches élégantes. Elle était assise en tailleur, relaxée sur le bureau de travail. Le fait qu'il ne restait qu'un clavier et un écran à côté d'elle, suggérait qu'elle venait de lancer la souris sur la face du tueur comme si de rien n'était. Et bien que son cœur battait en réalité comme une fusée, elle ne laissa rien transparaître, visiblement indifférente devant cette scène d'horreur. Elle ne fit alors que se relaxer un peu plus. Dos aux fenêtres, le reflet de la lune éclairant ses cheveux et masquant dans la pénombre son apparence, elle ouvrit le dialogue avec cette personne qui n'était visiblement pas disposée à parler.

- Test #208. «Slashers in the dark». Si je ne me trompe pas, c'est la 4e bêta ce mois-ci. Il te manque encore deux victimes avant de pouvoir t'en délivrer , hein ?

Le grand homme lâcha alors sa lourde arme, et se retourna lentement vers Daiki. L'androgyne aux yeux de démon avait un petit sourire narquois. Il pencha légèrement la tête sur le côté, attendant que le tueur s'approche.

- La règle de ne pas parler durant la « purge » n'a pas été remplacée. Tu es à trois victimes sur cinq, et il te reste seulement 4 minutes avant le prochain round... les gens réfléchissent réellement peu, sous la panique.

Les apparences sont si trompeuses, personne ne se doute d'à quel point Willow peut se sentir intimidé. Mais il n'était clairement pas le mieux placé pour jouer les émotions qui sont sensé venir naturellement. La seule chose qui permettait de témoigner de sa nervosité , était son indexe griffant la surface du bureau. Son visage en revanche, ne perdait jamais cet air plus confiant que n'importe qui, que Daiki abordait toujours. En réalité, il n'avait jamais participé à ce jeu là non-plus, pour l'instant. Cependant, il en avait entendu parler quelques fois, ici et là, de clients du bar satisfaits d'avoir survécu un jour supplémentaire. Et à voir la situation de ses propres yeux, il ne pouvait que trouver la faille de cette épreuve plus grosse. Sur un ton calme, il continua, tournant doucement le regard vers un pot de fleur que le tueur avait renversé en lançant le bureau. De la terre était étalée par terre, et plus précisément...

- La règle est de mettre fin à la vie de 5 innocents en deux heures. Les participants dans la team « Slashers » sont armés et doivent poursuivre les 30 autres participants... ou du moins c'est ce que E.V.E veut que vous pensiez.
- ….Hurgh. Tu es sûr que tu veux participer à une expérience sans même y avoir été convié, Travelo ?
- Plutôt finir le jeu moi même qu'attendre jusqu'à demain matin pour manger quelque chose. S'ils me voient comme un héros, ça ne peut faire que quelques pions en plus. E.V.E vous a demandé de tuer « Cinq innocents », pas vrai ? Mais elle n'a jamais insinué qu'il s'agissait de prendre la vie d'un autre être humain.
- !!!

L'homme au masque de crâne tourna immédiatement la tête dans la direction où Daiki regardait. Sur ces bouts de terre étalés sur la moquette, se baladaient des rangées de fourmis. Réalisant le sens des mots du démon, il tomba sur ses genoux, puis se mis à ramper jusqu'à ces insectes. Le chat de Schrödinger ne pouvait que se délecter de voir cet imbécile se jeter sur ces petites bêtes, en écrasant même bien plus qu'il n'en fallait pour satisfaire son quota. À peine un coup de poing contre le sol plus tard, et le cinquième voyant sur le compteur de l'homme s'alluma. Le cadrant digital se stoppa alors, puis les sangles accrochées à sa poitrine perdirent leur appuis, libérant l'homme qui se mis à hurler en retirant son masque, pleurant puis tombant contre le sol. Inconscient. Quelle stupidité : s'évanouir au moment où il a le plus besoin d'être éveillé.. il mourra sûrement dans son sommeil.

- …. « Willow Wisp » a rejoint le Test #208.3.1B, « Slashers in the dark », en tant que sujet d'expérimentation. Willow Wisp est ajouté à la team « Survivants » : Survivez aux Slashers pendant deux heures et demi. Vous êtes autorisés à fuir et vous cacher. Se défendre avec une arme est prohibé.


Eh bien, ça devait finir comme ça dans tout les cas. Son seul regret étant que la personne qu'il avait sauvé – le Slasher, et non-pas la victime – allait sûrement être lui même exécuté d'ici quelques minutes. Il en restait d'ailleurs deux avant que le prochain round de cette expérience ne débute.. c'était juste assez de temps pour permettre à Daiki de quitter son perchoir et se placer au dessus de la jeune femme fatiguée qui se vidait de son énergie vitale de secondes en secondes. Il n'avait aucune pitié, pas un air triste, juste un mince sourire sur les lèvres alors que ses mèches de cheveux multicolores flottaient au dessus du visage de la condamnée. Elle ne s'en sortirait pas, pas en perdant autant de sang. Il pouvait au minimum rendre ses derniers moments plus agréables. Il pouvait voir ça comme un entraînement à ce genre de situations où il devrait faire semblant de compatir.

- Est-c....ce que je vais mourir.
- Il semblerait.
- Je-vais aller au—au paradis ?
- Selon vous ?
- ç—ça n'existe pas ?...
- Peut être, peut être pas. Ça dépend de qui vous souhaitez prier pour vos derniers moments. Je peux vous servir de dernier témoins. Une confession ?

Les lèvres de la jeune femme bougèrent aussi doucement que difficilement. Daiki gardait les yeux plissés et un regard calme. Son sourire ne disparaissait pas. De la compassion ? Pas réellement. Et pourtant il devait donner cette impression de donner une dernière chance à cette fourmi qui s'était faite écraser de manière aussi stupide. Mais si elle savait quelque chose sur le Mastermind, ou la manière d'accéder à ceux qui ont commis l'irréparable, il ne pouvait pas laisser ce dernier soupir tomber dans des oreilles sourdes. Lorsque les lèvres de la jeune femme arrêtèrent de bouger ; son regard commençait à doucement s'effacer. Il hocha la tête avec un sourire rassurant, cette fois, presque compatissant.  

- Entendu. Je serais témoin de votre dernier soupir.
- ---erci....beauco....

Jusqu'à ce que la lumière disparaisse réellement. Il poussa un long soupir. Le temps de l'écouter, il avait complètement détourné son attention de tout ce qu'il y avait autour. Il n'avait rien appris d'utile ; seulement les derniers mots d'une jeune femme qui avait encore tellement d'années à vivre. Mais il ne comptait pas se contenter de ça. Soupirant, il se pencha au dessus du corps de la jeune femme blessée, et plongea sa main dans la poche de sa veste pour en sortir son EVEPhone. Sans surprise, il était éteint et ne répondait plus peu importe ce qu'il tentait de faire. Il se serait bien attardé dessus maiiiis.... quelque chose lui tapait sur le système. Haussant un sourcil, il tourna le regard derrière lui, là où se trouvait l'homme évanouis, près des fourmis, à l'autre bout de la pièce.


Une fille se trouvait au dessus de lui, lui fouillant également les poches... le sourcils était d'autant plus ridicule lorsque ces deux personnages se firent face avec le même air suspicieux ; tout les deux avec une main dans la poche d'une personne, décédée ou future morte... elles arboraient également presque le même air dépité. Le problème, en réalité, était probablement que...

- … Azatoth Damn It....

Jurant sur le nom du seul dieu supérieur dont il avait connaissance, Daiki faisait face à une personne dont l'apparence était très similaire... voir même, un vrai miroir.

 
TEST #208.3.1B - "SLASHERS IN THE DARK" •• Hillary R. Ronwhick (-18)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Démo Dark Age
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Nouveau test de répartition
» Dark City 2.10 FIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Closed In  :: Hors-jeu
 :: Archives :: Archives des rps
-
Sauter vers: